La belle BREZZA en nuisette

Avant de vous raconter l’histoire de la belle BEZZA en nuisette, je voudrais vous raconter comment et pourquoi nous nous sommes rencontrées.

Au début du commencement, je voudrais vous parler de l’aventure du lancement de la  nuisette de neoSensuelle  à travers une campagne de crowdfunding Ulule.

Il faut bien se faire une raison, tout ne se passe pas toujours comme on l’avait prévu.

En tant qu’entrepreneure, on commence toujours une histoire avec une réflexion stratégique sur l’action. Le QQOQCP que l’on met à toutes les sauces.

Et ça y va des Résultat de recherche d'images pour "qqoqcp"brainstorming avec soi-même ou avec des personnes bienveillantes, oui ça c’est primordial. Des questionnements dans tous les sens. Et à un moment précis, c’est clair comme de l’eau de roche, limpide comme de l’eau de source. La « Time line » nette et précise apparaît. Alors, on s’organise pour mettre toutes les chances de notre côté, stagiaire, formation, écoute, discussion et on se lance. Commence l’aventure. Conception, prototypes, essayages, validation, organisation et communication….

 

 

 

Le résultat de cette campagne menée en juin et juillet 2017, nous le connaissons. L’objectif n’a pas été atteint. Mais est-ce réellement ça le plus important? Est-ce le résultat qui compte? ou le chemin parcouru qui est intéressant à regarder?

Et bien, ce qui a retenu mon attention et ce que je voudrais partager avec vous, c’est tout ce que j’ai pu vivre pendant cette période intense, parce que oui c’est intense!

Je dois vous dire que chacun d’entre vous a été un maillon positif de l’évolution de l’image de neoSensuelle. Impossible ici de faire la liste des rencontres, des interactions, des soutiens, je ne suis même pas sure de tous les connaitre.

Je choisirai de vous parler de 2 événements majeurs durant cette période.

Événement 1

Tout d’abord, la merveilleuse aventure avec les modèles amateurs qui se sont prêtées à l’exercice du shooting.   Marie la photographe a mené ça d’une main de maître.

C’est grâce à ma « Team bulding » du samedi matin, moment sacré de partage entre femmes juste pour le meilleur, que le projet a commencé. Les filles, je vous embrasse!

Merci!.png

Véronique,  Marie et celles qui ont rendues ce shooting possible. Les photos sont belles et la nuisette est faite pour vous. Touchée ou non par un cancer du sein vous avez montré qu’il était possible d’avoir une belle silhouette. Merci de l’avoir mise à l’honneur!

 

 Événement 2

Une autre des rencontres les plus marquantes, c’est ma rencontre avec Thierry à un challenge culinaire. Non ce n’était pas une soirée meetic. Thierry est éditeur de BD mais pas que…. il gère aussi un atelier de création graphique

Nous avons discuté et il m’a fait rencontrer BREZZA…

Ensemble nous en avons déduitBrezza en nuisette 001 que la nuisette neoSensuelle  irait très bien à cette belle femme. Après en avoir parlé au dessinateur, c’était décidé, Brezza porterait la nuisette. Aussitôt dit,  aussitôt fait,  Etienne Martin  habillait les belles formes de son héroïne en live sur facebook.

Merci à lui de ce merveilleux cadeau!

Alors pour ces belles rencontres et tout ce que vous avez pu apporter à neoSensuelle, l’aventure continue et il est aujourd’hui encore possible de réserver sur le site internet pour une fabrication en septembre 2017.

 

En conclusion, je voudrais vous dire qu’il n’existe pas une façon de faire mais qu’il existe votre façon de mener un projet, ou une action quelle qu’elle soit. Vous seul(e) connaissez les enjeux qui vous sont propres et sont essentiels à votre cheminement.

Cette expérience de la « campagne non aboutie mais positive », est applicable à toutes les étapes de notre vie. Faites confiance à votre intuition et vivez pleinement vos choix!

Si vous avez 1h devant vous, je vous conseille de découvrir Serge Marquis, délicieux Québécois et Pensouillard le Hamster qui nous aide à prendre conscience que le hamster qui tourne dans notre tête nous empêche bien souvent de vivre l’instant présent avec intensité. Le risque? c’est de ne retenir qu’1/1000ème de ce qui s’y passe et de ne retenir que le pire….

Alors lancez-vous, quelque soit le résultat ce sera une aventure enrichissante.

#vivrepleinement #lesvertusdelechec #brezza #positivepower #faitesvousconfiance #nuisette

 

 

 

 

Publicités

Arsenic et vielles dentelles

Le week-end dernier, j’ai arpenté les allées du Salon de la lingerie à Paris, toutes les nouveautés et les intemporelles pour les femmes. Un temple dédié aux femmes. Simone Pérèle disait en 1948 « Pour révéler leur beauté, commençons par libérer le corps ». A cette époque le corps était enserré, modelé, malmené. Qu’en est-t’il aujourd’hui? En déambulant entre les allées je me rend compte que la sensualité est là, au rdv. Mes yeux sont attirés par la sensualité de qualité et non de quantité qui donne un brin de vulgarité. Il n’est pas question de savoir d’où l’on vient dans le stylisme de la lingerie, mais plutôt vers quelle lingerie nous allons ou quelle lingerie nous voulons. Il semblerait que les femmes recherchent du confort avant tout. Elles n’ont pas envie  toute la journée, d’avoir des armatures qui les blessent, elles ont envie de respirer, de bouger, de porter toutes les tenues adaptées à leur quotidien, que leur culotte ne soit pas un élément de torture sous leur pantalon. Oui, nous voulons oublier notre lingerie mais attention, confortable oui, moche non!

Ce salon professionnel, est un nid d’idées qui se succèdent dans toutes ces marques qui, tout en gardant leur identité, rivalisent de créativité. La concurrence est rude, mais aujourd’hui, les matières permettent de faire de la belle lingerie confortable. Les jeunes créateurs sont toujours là avec de nouvelles idées, pour répondre à des besoins spécifiques. Parce que c’est bien connu; nous sommes tellement différentes, physiquement bien sûr, mais nos idées de la lingerie et de ce que nous voulons, nos goûts, aussi. Alors malgré toutes ces innovations, ces créativités, ces originalités, nous cherchons toujours quelque chose de nouveau.

Ce qui est essentiel  pour moi, c’est d’oublier ce que l’on porte au cours de sa journée mais d’être heureuse et fière de ce que l’on a choisi de mettre le matin. Juste pour soi. Avoir une satisfaction personnelle et intime de son reflet. Ma grand-mère me disait avec le ton de « ceux qui savent »! , « Ma petite fille, il faut mettre tous les jours des sous-vêtements propres (évidemment), assortis et en bon état au cas où il t’arrive quelque chose, on ne sait jamais » et tout ça avec le doigt tendu vers le ciel. Sous-entendu, si tu as besoin des pompiers, qu’ils ne tournent pas de l’œil en te déshabillant, si c’est nécessaire… Bon, je veux bien faire un effort pour les pompiers mais je vais quand même le faire pour moi avant tout, car voies-tu mamie,  je dois l’avouer je n’ai pas eu encore besoin d’eux en urgence….

Ce que je recherche c’est avoir la satisfaction du juste choix et le sentiment d’avoir été comprise et mes besoins entendus. Ce n’est pas si facile, mais quelle satisfaction lorsque que l’on est fière de porter de la lingerie qui nous plait. Il est important que l’acte d’achat de lingerie soit  un plaisir personnel, pour satisfaire sa propre image de soi et son intimité.

Il ne s’agit pas d’embellir mais de ce sentir belle.

Alors après avoir subi une opération mammaire, imaginez bien que les choses se compliquent. Il faut faire le deuil de sa féminité. Justement pourquoi aller jusqu’à faire le deuil de sa lingerie? J’ai voulu apporter ma modeste contribution à cette problématique, en créant neoSensuelle, mais je sais qu’il reste encore beaucoup à faire. J’écoute le commentaire des femmes, le retour des clientes, des magasins, et je travaille sur les prochains modèles…

J’ai une pensée toute particulière pour Benoite Groult qui nous a quittée l’année dernière et qui écrivait dans son livre « La touche étoile »

« Choisir de la lingerie est plus déprimant encore quand on n’a plus d’intérêt à ouvrir sa veste en tweed sur un sein nu ou à exhiber son nombril (…) Sois moche et tais-toi : il est temps de prendre le deuil de toi-même. Quel créneau pourtant, toutes ces « ménagères de plus de cinquante ans » et toutes ces chères folles de soixante dix ans qui font du sport et l’amour aussi et qui ont enfin le temps de penser à elle. Les concepteurs de sous-vêtements féminins sont nuls ! »

Alors pour Benoite et toutes les autres, en avant créativité!

Dans ces moments de trouble et de remise en cause de la féminité, prendre plaisir à se faire plaisir en choisissant sa lingerie est devenu un acte militant!

Mesdames, Militez!

#lesalondesdames #lingeriaddict #neosensuelle

 

 

LE BONHEUR N’EST PAS QUE DANS LE PRE

Mais c’est quoi cette course au bonheur, ce besoin d’être en état de grâce en permanence? On cherche dans tous les coins les moyens d’y accéder avec frénésie. J’ai envie de vous dire que la grisaille y est pour quelque chose, la baisse de lux influence notre humeur pendant l’hiver. Pas de doute nous sommes plus efficaces avec du soleil*. On rajoute un peu d’incertitude de demain, le doute d’être éligible au bonheur et nous voilà en train de réfléchir comment nous pourrions décrocher la timbale. On ne naît pas heureux avec toutes les armes pour le bonheur ou au contraire atrophié de la sérotonine avec un gène défaillant.

Le bonheur n’est pas inné, il ne se trouve pas au coin de la rue ou dans un champs de blé,  il se construit avec entraînement et assiduité. »

« Ah, si j’étais riche! », avouez, nous avons tous chanté cette litanie. Prenons quelques instants pour réfléchir à notre définition du bonheur.  Est ce avoir réussi à s’acheter la grosse voiture qui nous fait rêver? une grosse maison? une grosse bague? un gros sac? Faites votre liste.

Je serai super heureuse si……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Notre ami Larousse dit :  « Le bonheur est un état de satisfaction complète caractérisé par sa stabilité et sa durabilité. Il ne suffit pas de ressentir un bref contentement pour être heureux. Une joie intense n’est pas le bonheur. Un plaisir éphémère non plus« . Du point de vue de l’étymologie, « le bonheur est l’aboutissement d’une construction, qui ne saurait être confondue avec une joie passagère »

Et bien nous y voilà, une construction méticuleuse, une succession d’état de satisfaction à vivre pleinement chaque instant. La première bonne nouvelle c’est que le bonheur existe et que ce n’est pas un concept d’illuminés. Non, des scientifiques, des philosophes se creusent les méninges pour l’expliquer et l’enseigner de façon ludique; il existe même l’Observatoire du bonheur. Bonheur et science en conscience pour en savoir plus.  Ce qui est une certitude c’est qu’il n’y a rien de standard dans tout ça et que la définition du bonheur est propre à chaque individu et elle est liée au moment où il y réfléchi. En perpétuel évolution avec le temps, impossible de figer le bonheur. Aussitôt apprivoisé, il se fait la malle.

Daniel TODD GILBERT  écrit dans son livre* « Et malgré notre obsession du bonheur, nous ne serons jamais aussi heureux que notre imagination nous le promet… »

Nous avons une tendance à imaginer notre bonheur en nous projetant dans des situations idéales, à enjoliver le cadre et du coup à le rendre inaccessible. Stop à la frustration. Décidons d’identifier toutes les situations qui nous ont fait plaisir, et pour ne rien perdre, faisons le chaque jour. Notre liste des bonheurs au présent. Petit ou grand ne soyons pas avares, retenons les tous. Au moins ceux là sont bien réels, à taille humaine, sans anticipation et surestimation. Fini les « l’année prochaine, je serai plus heureuse parce que j’aurai mon diplôme, ma voiture et un chéri » Oui? et là tout de suite, présentement tu as quoi? parce que l’année prochaine, il n’y a aucune certitude de ce que tu imagines. Pas d’inquiétude, notre cerveau redéfinira les contours du bonheur au fur et à mesure et l’année prochaine tu auras un autre bonheur.

Il n’y a qu’une solution, conjuguons le bonheur au présent, et pas de conditionnel!  devenons eudémonisme pour notre survie, parce que c’est motivant de s’améliorer pour vivre de mieux en mieux, tout est une histoire d’équilibre et de niveau de curseur.

 

 

 

 

Au final, l’important c’est d’aimer la vie. C’est donner un sens fort à ses actions. Prenez conscience de ce que vous faites. Le bonheur, c’est connaître des moments de joie, éprouver du plaisir, mais aussi trouver une raison d’être à notre existence et à ce que nous avons décidé de faire.

Je terminerai par une citation d’ Alexandre Jollien « A mes yeux, le bonheur est intimement lié à notre présence au monde, à la façon d’habiter l’instant, à notre disponibilité au réel et aux autres » 

 

Le Bonheur en 8 leçons selon Yves Alexandre Thalmann*

  1. Pensez positivement
  2. Stoppez les comparaisons néfastes
  3. Exprimez votre gratitude
  4. Apprenez à pardonner
  5. Faites preuve de générosité
  6. Savourez les petits plaisirs de la vie
  7. Prenez soin de votre corps
  8. Soyez dans le flux

#happy #enjoy

Références et lectures :

Effets physiologiques de la lumière

Et si le bonheur nous tombait dessus de Daniel TODD GILBERT

L’apprentissage du bonheur de Tal Ben-Shahar

Petit cahier d’exercices d’entraînement au bonheur    de Yves Alexandre Thalmann

 

MOOD BOARD, KESAKO?

Exercice pour celles qui n’ont pas levé le doigt.

Rappelez-vous l’article «Miroir, mon beau miroir… », nous avions parlé de notre image et du regard sur notre reflet. Aucun doute, nous avions besoin d’outils pour améliorer tout ça. Nous allons faire cela en plusieurs étapes.
Je vous propose de construire votre « Mood board » comprenez, une projection de vous sur un tableau. Votre vie, vos priorités, votre environnement, votre lieu, vos objectifs. Tout ce que vous voulez et tout ça au même endroit !  Il s’adresse à toutes les femmes qui n’ont pas levé le doigt, en mal d’image de soi, opération ou non, c’est pour nous toutes. Avant de s’attaquer au mood board, prenez 3 feuilles.

Sur la première notez, dessinez, décrivez l’image que vous aviez de vous-même, ce que vous avez pensé de vous depuis toutes ces années. Soyez honnêtes, pas de politiquement correct, pas de religieusement acceptable, personne ne le verra à part vous! je ne relève pas les copies, quoi que….c’est tentant 😉

Ca c’était avant! 

Prenez la deuxième feuille et mettez ce que vous pensez de vous aujourd’hui, remplissez les mêmes rubriques ! toujours avec honnêteté. Identifiez avec des sigles ce qui est vraiment important à vos yeux, plus c’est important, plus le sigle est gros, mettez de la couleur pour ce que vous aimez et une autre couleur pour ce que vous voudriez changer. Prenez conscience que l’important à vos yeux  n’est plus au même endroit!

Pour la troisième feuille? notez ce que voulez aimer demain, et après demain, mettez de la couleur, trouver des photos, des ambiances, des tendances.

Vous êtes en train de céer votre « mood board ».

Attention, pas de photo de stars! elles sont toutes trafiquées… les photos bien-sur! Pour celles qui ont envie de nous montrer leurs créations, la fiche  Contact Me vous accueille!

Rien ne dépend  de votre miroir Tout dépend de votre regard!

*Trouver des « Mood Board » sur le web mais aussi sur pinterest ou tout simplement à partir de catalogue et magazines, découpage à l’ancienne.  Lachez prise, les limites sont les seules que vous vous fixerez. #bellecréation