I Love My Body Part I

Avec la vidéo c’est mieux!

Cette semaine j’ai pu découvrir la vidéo faite par Marion Seclin.  Ecoutez cet hymne à son corps. 2′ 35″. Cette vidéo est bouleversante. Marion. Mady est bouleversante. L’idée de ce billet n’est pas de parler de ce déchaînement médiatique dont elle est victime sur les réseaux sociaux. Non, je voulais vous parler de l’image de notre corps. Rien de bien nouveau en soi et pourtant encore bien des choses à dire.

Pour bien être sure de parler des justes choses, j’ai quand même recherché la définition du féminisme. Voilà c’est dit, dans féminisme il n’y a pas de sujet concernant le corps. Le féminisme est une doctrine née dans les années 1970 pour l’égalité des droits des femmes. Il est facile de comprendre la persistance de l’omniscience des hommes dont nous avons été imbibées dans chacune de nos cellules, et de façon trans-générationnelles… 1970 c’était hier…

Bref,  aujourd’hui je voudrais parler de notre corps. Marion nous rappelle avec une extrême pudeur que nous n’avons qu’un seul corps. Qu’il est notre véhicule sur cette terre. Que grâce à lui nous vivons des belles choses,  des choses invisibles, des ressentis forts et qu’il était d’une évidence criante que nous devions le respecter. Je vous invite à faire la liste de ce que votre corps vous permet de faire, de ressentir, d’éprouver. L’aspect physique, mécanique, les émotions ressenties, ce que nos sens nous permettent d’être, en connexion avec ce (et ceux) qui nous entourent. Prenons conscience de tout ce que nous pouvons faire. Faites la liste de tous les verbes utilisés avec notre corps.

Ecouter, voir, sentir, humer, manger, savourer, déguster, imaginer, chanter, danser, pleurer, rire, dessiner, lire, raconter, toucher, jouir, caresser, créer, jouer, réfléchir,… La liste est non exhaustive et inépuisable.

Mais c’est l’acceptation de notre enveloppe qui nous pose le plus de problème. C’est l’étape la plus difficile qui nous poursuit toute notre vie. J’aurais tendance à rendre cette difficulté exclusivement féminine mais je dois admettre qu’une nuance est nécessaire. Les hommes peuvent aussi avoir cette difficulté même si la société a été plus clémente avec eux. Notre image corporelle est faite de notre regard qui est souvent guidé par l’influence du regard des autres. C’est l’importance que nous acceptons de porter à tous ces mots qui nous sont adressés. Inutile de vous faire la liste, vous les connaissez mieux que moi. Je ne résiste pas à vous mettre quelques exemples quand même :

« Désolée madame, nous n’avons pas de pantalon pour votre silhouette,… ni votre taille d’ailleurs » (si si moi, j’ai déjà entendu…)

« Tu es un vrai garçon manqué avec cette coupe de cheveux »

« Tout ces tatouages, ç’est pas super pour chercher un emploi »

« Mets des talons, avec les mollets que tu as, ça affinera un peu ta silhouette »…

« Personne n’a le monopole du complexe » Soyez rassurée, il existe des solutions! le chemin est long mais la motivation peut donner une liberté insoupçonnable! Cela vaut le coup d’essayer. Au pire vous risquez quoi?

Il ne tient qu’à vous de ne plus vous laisser guider par le regard des autres.

Dans le prochain article je vous parlerai de personnes qui ont fait des choses qu’elles pensaient impossible…. un vrai challenge pour accepter son corps! et surtout pour prendre de la distance avec le regard des autres.

Rdv dimanche prochain… En attendant savourez tout ce que votre corps vous donne!

Plongez dans la grande aventure d’acceptation de votre corps

FB_IMG_1500570037894

Références:

Image de couverture @TobiasGremmler

Petit cahier d’exercices d’acceptation de son corps 

Lingerie pour accepter son corps

 

 

 

 

Publicités

I Love My Body Part I

Cette semaine j’ai pu découvrir la vidéo faite par Marion Seclin.  Ecoutez cet hymne à son corps. 2′ 35″. Cette vidéo est bouleversante. Marion. Mady est bouleversante. L’idée de ce billet n’est pas de parler de ce déchaînement médiatique dont elle est victime sur les réseaux sociaux. Non, je voulais vous parler de l’image de notre corps. Rien de bien nouveau en soi et pourtant encore bien des choses à dire.

Pour bien être sure de parler des justes choses, j’ai quand même recherché la définition du féminisme. Voilà c’est dit, dans féminisme il n’y a pas de sujet concernant le corps. Le féminisme est une doctrine née dans les années 1970 pour l’égalité des droits des femmes. Il est facile de comprendre la persistance de l’omniscience des hommes dont nous avons été imbibées dans chacune de nos cellules, et de façon trans-générationnelles… 1970 c’était hier…

 

Bref,  aujourd’hui je voudrais parler de notre corps. Marion nous rappelle avec une extrême pudeur que nous n’avons qu’un seul corps. Qu’il est notre véhicule sur cette terre. Que grâce à lui nous vivons des belles choses,  des choses invisibles, des ressentis forts et qu’il était d’une évidence criante que nous devions le respecter. Je vous invite à faire la liste de ce que votre corps vous permet de faire, de ressentir, d’éprouver. L’aspect physique, mécanique, les émotions ressenties, ce que nos sens nous permettent d’être, en connexion avec ce (et ceux) qui nous entourent. Prenons conscience de tout ce que nous pouvons faire. Faites la liste de tous les verbes utilisés avec notre corps.

Ecouter, voir, sentir, humer, manger, savourer, déguster, imaginer, chanter, danser, pleurer, rire, dessiner, lire, raconter, toucher, jouir, caresser, créer, jouer, réfléchir,… La liste est non exhaustive et inépuisable.

Mais c’est l’acceptation de notre enveloppe qui nous pose le plus de problème. C’est l’étape la plus difficile qui nous poursuit toute notre vie. J’aurais tendance à rendre cette difficulté exclusivement féminine mais je dois admettre qu’une nuance est nécessaire. Les hommes peuvent aussi avoir cette difficulté même si la société a été plus clémente avec eux. Notre image corporelle est faite de notre regard qui est souvent guidé par l’influence du regard des autres. C’est l’importance que nous acceptons de porter à tous ces mots qui nous sont adressés. Inutile de vous faire la liste, vous les connaissez mieux que moi. Je ne résiste pas à vous mettre quelques exemples quand même :

« Désolée madame, nous n’avons pas de pantalon pour votre silhouette,… ni votre taille d’ailleurs » (si si moi, j’ai déjà entendu…)

« Tu es un vrai garçon manqué avec cette coupe de cheveux »

« Tout ces tatouages, ç’est pas super pour chercher un emploi »

« Mets des talons, avec les mollets que tu as, ça affinera un peu ta silhouette »…

« Personne n’a le monopole du complexe » Soyez rassurée, il existe des solutions! le chemin est long mais la motivation peut donner une liberté insoupçonnable! Cela vaut le coup d’essayer. Au pire vous risquez quoi?

Il ne tient qu’à vous de ne plus vous laisser guider par le regard des autres.

Dans le prochain article je vous parlerai de personnes qui ont fait des choses qu’elles pensaient impossible…. un vrai challenge pour accepter son corps! et surtout pour prendre de la distance avec le regard des autres.

Rdv dimanche prochain… En attendant savourez tout ce que votre corps vous donne!

Plongez dans la grande aventure d’acceptation de votre corps

FB_IMG_1500570037894

Références:

Image de couverture @TobiasGremmler

Petit cahier d’exercices d’acceptation de son corps 

Lingerie pour accepter son corps

 

 

 

 

Struggle for life Marie 1 /Cancer 0

Bonjour Marie,
Nous avons été touchées que tu aies accepté de porter la nuisette pour neoSensuelle et nous aimerions que nos lecteurs et lectrices te découvrent un peu plus.

IMG_20170630_204021_resized

Peux-tu te présenter en quelques mots?

Bonjour Corinne, c’est moi qui te remercie.

J’ai 39 ans deux beaux garçons de 16 et 11 ans que j’élève seule depuis 2 ans. Je suis adjoint administratif dans une collectivité territoriale depuis maintenant 15 ans et ce que j’aime dans la vie… La vie, ma famille, mes amis et la peinture, le dessin, fabriquer des bijoux fantaisie, la mosaïque… L’art en général et le sport depuis quelques mois.

Peux-tu nous raconter comment s’est passé la découverte de ton cancer? 

J’ai découvert  une petite boule dans mon sein  gauche en prenant ma douche  un matin de décembre 2015.  Je ne me suis pas trop inquiétée au départ mais j’ai quand même pris rdv chez mon médecin  qui m’a envoyé passer une mammographie ainsi qu’une échographie et là  1er verdict, tout va bien ce rien revenez dans un an pour un contrôle. Environ 1 mois plus tard la petite boule de 2cm en faisait  8 et prenait tout le bas de mon sein et une 2ème avait fait son apparition. Je vais donc chez une autre gynécologue sur les conseils d’une amie, qui elle n’a pas l’air rassuré et demande une biopsie… 15 jours plus tard les résultats tombent.  J’ai bien un cancer! ……….. On me l’annonce de la même manière que si c’était une simple  grippe. Il y a des médecins qui ne sont pas très diplomates, heureusement pas tous.

Peux-tu nous dire ce qui a été le plus difficile à ce moment-là?

A partir de cet instant tout se bouscule dans ma tête, comment le dire à mes enfants, ma famille, mes amis? C’est presque plus difficile de l’annoncer à ses proches que de l’entendre soi même… Et toutes les questions arrivent en masse :  Vais-je mourir ? Perdre mes cheveux, mon sein… ? Mais le mode guerrière s’est enclenché le jour même de l’annonce, il va falloir surmonter cette épreuve,  pas le choix ce crabe ne m’aura pas !

Peux-tu nous expliquer pourquoi tu as décidé de participer au Pink Ribbon Award?

J’ai voulu participer au concours pour me prouver et montrer aux autres femmes touchées par un cancer du sein, que l’on peut rester féminine même avec un sein en moins, malgré les traitements, la fatigue…  Avec Marie nous nous sommes rencontrées grâce à des amis en commun, je lui ai parlé du concours, de mon envie d’y participer, de mes motivations.  Marie est une femme attentive dynamique,  pleine de vie, elle a accepté de suite et a été moteur dans cette aventure.
J’avoue que ça n’a pas été simple pour moi au départ, non pas de montrer mon corps «différent » mais d’être à l’aise devant l’objectif car je ne suis pas mannequin et ce n’est pas évident. Marie a su me mettre en confiance avec l’aide d’un ami, nous avons passé un bon moment et bien ri.
Bizarrement, je pense que je n’aurai pas pu le faire « avant » car j’avais un problème avec mon corps et le regard des autres. Ce n’est plus le cas maintenant.

Aujourd’hui nous avons eu de nombreuses réactions concernant tes tatouages, peux-tu nous dire ce qu’ils représentent pour toi?

Mes tatouages sont toujours un sujet de discussion ! On aime ou on déteste mais peu importe, ils font partis de moi. Celui qui a été le plus important pour moi est le 1er fait  après les chimiothérapies (car interdit de se faire tatouer pendant cette période), un escarpin qui écrase un crabe avec le talon. Toute une symbolique pour moi. Un combat de gagné et un pied de nez à ce fichu crabe  qui a bouleversé ma vie ! Je suis comme ça.

Une épreuve ou un événement marquant ma vie= un tatouage.

Le petit dernier se trouve sur le décolleté, je l’ai fait faire pour ne plus voir le point de tatouage qui avait été fait pour les séances de radiothérapie. Il est vrai que personne ni prêtait attention, mais moi oui  et maintenant on ne le voit plus !  Je pense que mes tatouages m’ont aidé à m’accepter.

Photo sélectionnée au Concours Pink Ribbon Award 2016 /
Photographe Marie Laure WetzlerMarie Pink Ribbon

Que voudrais-tu dire aux femmes qui traversent cette épreuve?

Je voudrais dire aux femmes  qui vivent cette épreuve de croire en elles. Enclenchez le mode guerrière car c’est un combat long et difficile, mais étonnamment on en sort plus forte.  J’ai eu la chance d’être entourée par ma famille et mes amis tout au long de ce parcours du combattant. Mes enfants ont été formidables également en m’acceptant sans perruque car je ne voulais pas en porter. Ils m’ont soutenu dans chaque épreuve et décision que j’ai prisent, comme de participer au concours Pink.
J’ai aussi la chance d’avoir été et d’être toujours suivi à l’Institut Curie où l’équipe médicale est au top. Que ce soit les médecins, les infirmières, les aides-soignantes, l’assistante sociale et j’en oublie certainement, ils ont toujours un mot, un geste pour les patients quand on en a besoin. Il se créé un lien de confiance tout au long de ce parcours qui est important. Je conseillerai également de toujours prendre soin de soi pendant les traitements car on peut rester belle et féminine même chauve avec un seul sein. Ce qui m’a le plus dérangé, c’est la perte de mes sourcils, j’avais l’impression de ressembler à Gollum ! Heureusement,  il  existe des artifices pour y remédier.
Concernant mon travail, je l’ai repris en avril de cette année et le retour a été compliqué.  Je pense que les employeurs ne savent pas comment se comporter avec nous et sont maladroits.

Veux-tu parler de quelque chose en particulier?

Aujourd’hui, je croque la vie à pleine dents ! Cette épreuve m’a rendu plus forte, du moins je le pense. Le regard des autres me fait moins peur,  j’essaie de fuir les choses et personnes toxiques  au maximum. Je mange plus sainement et écoute mon corps, chose que j’ai eu du mal à faire après les chimiothérapies. J’avais envie de sortir et voir mes amis tout le temps mais la fatigue et les douleurs nous rappellent à l’ordre. Donc maintenant quand je suis fatiguée, je m’écoute et ne force plus. J’ai enfin compris que se reposer et  dormir n’était pas une perte de temps. J’ai aussi le projet de changer de métier et ferai mon maximum pour y arriver.

Peux-tu nous dire pourquoi tu as accepté de participer au shooting photo de la nuisette neosensuelle qui te va très bien d’ailleurs?

J’ai accepté de faire ce shooting car c’est de la superbe lingerie pensée, créée et faite par une belle personne. Je trouve ça top de penser aux femmes qui ont subi une mastectomie en leur rendant leur féminité grâce à de beaux sous-vêtements qui sont de plus accessibles. Merci et bravo à toi, à neoSensuelle de rendre les femmes encore plus belles qu’elles ne le sont !

Je te remercie du partage et nous aimerions te souhaiter le meilleur pour ta vie et tes projets de changements d’orientation professionnelle. Est-ce que les lectrices et les lecteurs peuvent te contacter?

C’est moi qui te remercie et je me tiens bien évidemment à disposition pour toutes questions ou simplement échanger avec celles et ceux qui le souhaite. Contacter Mary

#résilience #uneepreuveuntatouage

Miroir, mon beau miroir…

Et bien nous y voici!

Que celle qui se trouve belle, qui aime son reflet, qui se sourit dans le miroir fière de se mirer, lève le doigt! Visage comme ci, poitrine comme ça, hanches par ci, fesses par là, les jambes on en parle même pas, les pieds, no comment et les cheveux! alors ça on troquerait bien avec la tignasse de la voisine. Elle a trop de la chanceuuuuu!

N’ayez pas peur, avouez, allez y. Personne ne vous jugera. Bon, derrière mon écran je vois bien qu’il n’y a pas foule. Je dois vous faire une confidence, je n’aurais pas levé le doigt non plus.

Mais ça c’était avant!

Il y a 12 ans, lorsque le chirurgien est venu me dire « alors ma petite dame on va vous enlever un sein et on peut pas faire de reconstruction immédiate, mais tout va bien se passer, on va vous sauver ». Comment, vous dire….. Je pouvais répondre « je m’en fous, de toute façon j’aime pas mes seins » ou « je pourrais refaire tout « ça » à mon gout? et à la taille que je veux?, wouah l’aubaine »,  » je vous laisse faire les autres commentaires possibles…parce qu’il y a de la diversité dans ce domaine, vous pouvez me croire, nous avons une grande créativité!  Voici la première bonne nouvelle! Nous allons faire  nos premiers sur le chemin de notre résilience. Haut les cœurs, nous sommes sur la bonne route, pas d’erreur d’aiguillage, pas de doute à avoir, on relève la tête et on regarde la réalité en face. Alors cette cicatrice en travers notre buste, celle au niveau de la clavicule pour la mise en place du pac* qui peut aussi se solder par 2 cicatrices parce que ça fonctionne pas avec la première… bref ces blessures de guerre, font parties de vous, elles sont à nous, pour nous rappeler que nous sommes en vie.

Le moment de relativiser est grandement venu!

En prendre conscience est déjà un premier pas vers la réconciliation avec soi même. Pour vous aider, je vous proposerai un exercice riche en révélations sur vous même dans le prochain article.#asuivre

*http://www.chimio-pratique.com/pose-chambre-implantable-pac