Billet d’humeur

« Monsieur, j’peux vous payer en petites culottes ? »

Je voudrais partager avec vous quelque chose qui m’horripile, me défrise, m’exaspère, me met en colère… et oui jusque-là.

Comme vous le savez je travaille depuis quelques temps avec des boutiques de lingerie indépendantes et ce sont ces femmes que je voudrais mettre à l’honneur.

Comme certaines d’entre nous, elles ont fait le choix d’être indépendantes et ont sauté le pas de l’Entrepreneuriat. Elles ont eu envie de créer un espace à leur image en ayant l’audace de vouloir partager leur passion. L’une a eu envie de créer sa boutique le jour où elle est allée chercher sa lingerie pour son mariage, l’autre c’est à la suite d’une rencontre avec une boutique, une ambiance, une délicatesse, une finesse spécifique à la lingerie qui l’a touché. Une émotion forte, intense qui les ont poussé à franchir le pas à un moment de leur vie. Un moment où une vraie réalisation était possible. Un moment où, après des années de travail pour le rêve des autres, elles ont eu envie de prendre en main leur destin.

Elles sont toutes venues à se dire qu’elles se devaient de franchir le pas pour s’épanouir et aussi pour partager leur passion. Parce toutes celles que j’ai rencontrées sont des amoureuses de la lingerie. Elles aiment la femme avec un grand F, la mettre en valeur, choisir de la lingerie pour les aider à s’aimer et aimer leur reflet dans le miroir. Elles font leur choix en pensant à elles, à ce qu’elles aimeraient porter pour se sentir belle.

Imaginez la satisfaction lorsqu’une femme entre dans leur boutique et a envie de tout essayer, repart en cabine avec 4, 5, 6 modèles. C’est immense. Elles ont vu juste et savent pourquoi elles se lèvent tous les matins. C’est aussi le regard des hommes et leurs commentaires qui les ravissent, lorsqu’ils poussent la porte pour choisir un ensemble, dans le but de faire plaisir à celle qu’ils aiment. Quoi de plus romantique ?

Ce sont elles aussi qui vous conseillent, vous aident à trouver la juste taille. 70% des femmes ne connaissent pas leur taille ou n’ont pas remarqué que leur corps avait changé. « Non, non j’ai toujours fait du 90B… »

Elles qui vous conseillent sur la forme adaptée à votre morphologie. Elles qui prennent le temps de vous écouter, de vous rassurer, de vous trouver ce qu’il y a de mieux pour vous. Peut-être même vous faire oser une forme que vous n’auriez pas imaginée.

Je les ai vu, lors du salon professionnel de la lingerie à Paris, dans cette caverne d’Ali baba, où toutes les grandes maisons de la lingerie, les intemporels, les créateurs proposent leurs créations. Ce sont les yeux remplis d’étincelles qu’elles font leur choix judicieux tout en refrénant leurs envies. Elles sont les fées qui vous apportent des rubans, des dentelles, des nœuds, des tissus, des couleurs, des formes toujours plus audacieuses.

Ce que je voudrais vous rappeler à vous toutes, c’est que ces boutiques sont indépendantes. Par indépendante, je veux dire qu’elles choisissent ce qu’elles veulent mais aussi en supportent les conséquences. Elles achètent les collections 6 mois à l’avance. 6 mois avant de vous les proposer dans leur magasin. Cette trésorerie, (jargon utilisé par les entreprises pour exprimer les fonds dont elles ont besoins pour acquérir leur stock), c’est elles qui la supporte et personne d’autre.

Alors lorsque vous venez leur demander de commander pour vous un modèle particulier, une taille, un coloris, ce sont elles qui en supportent les frais. Ce ne sont pas les marques qui leur font un prêt et une reprise si cela ne vous convient pas. Elles s’engagent et paient.

Avez-vous déjà pensé qu’elles pouvaient payer leur loyer en petites culottes ou en bas résilles ?

Lorsque vous passez 1h en cabine à essayer des tenues, c’est leur temps, leur expertise, leur passion qu’elles partagent, qu’elles vous donnent.

Alors mesdames, vous avez le droit d’hésiter, de choisir ce qui vous convient bien sur. Soyez juste respectueuses de tout cela.

La semaine dernière C. gérante d’une boutique sur Paris me racontait une anecdote :

Une femme la contacte pour savoir si elle a encore des maillots de bain (nous sommes en plein hiver). Elle part en voyage au soleil et a besoin d’un nouveau maillot. Elle descend son stock restant de cet été (encore de la trésorerie qui dors dans les cartons et ne paie pas le loyer…). Elles conviennent d’un rdv pour l’essayage. Après quelques essayages, la cliente regrette de ne pouvoir acheter le dernier modèle qu’elle vient d’essayer, qui lui va comme un gant, à la juste taille trouvée par C. (l’étiquette de son soutien-gorge ne permettant plus de lire la taille…) mais qui n’est pas dans le coloris qu’elle voulait (bleu marine au lieu de noir). Au final, elle repart en disant qu’elle devait réfléchir.

Bilan des courses : cette femme a rappelé C. pour lui redemander la juste taille qu’elle n’avait pas retenue, parce qu’elle était trop contente,  elle venait de trouver exactement le coloris qu’elle voulait … sur internet.

Comment pouvons-nous réagir ? Nous sommes ravies pour cette cliente, mais C. aura passé 2h et ne pourra toujours pas payer son loyer avec des petites culottes.

Les ventes en e-shop augmentent tous les trimestres de 15%. Comment peut-on imaginer que les commerces de proximités n’en souffrent pas ?

Lors des diners entre amis, que vous êtes attristés par le centre-ville où vous habitez, que vous trouvez dommage que les boutiques soient remplacées par des banques ou des agences immobilières, posez-vous la question de ce que vous faites ou pouvez faire pour agir. Parce que nous sommes tous acteurs.

Non la fermeture des boutiques indépendantes, la disparition des savoirs-faire, la disparition des jeunes créateurs n’est pas une fatalité, cela dépend de chacun d’entre-nous.

Si vous avez fait le choix de vous servir dans les boutiques de proximités, dites le, partagez-le, mettez un commentaire sur le site et les réseaux sociaux, aidez les à résister et à toujours être là pour vous donner des conseils.

Et puis lors d’un repas entre amis, soyez honnête, ne vous offusquez pas si vous n’agissez pas ou si vous préférez les grandes chaines de magasin ou que vous achetez sur internet pour attendre les meilleurs prix. Changez de sujet…

Ce billet d’humeur est dédié à toutes celles que je connais et qui se reconnaîtront, parce que je partage leur amour de la lingerie!

A Christine, Joelle, Manuella, Pilar, Claudine, Véronique, Martine, Yasmina, Tania, Caroline,  Françoise, Alissandre,  Marie-Dominique, Sylvie, Simone, Cynthia, Florence, Anne-Marie, et toutes les autres ….

  • lingerie

#lingerieindependante #passion  »

lingerieaddict

Publicités